31mai

Quand le Département dynamise et accélère la transition écologique

Retour |

Tandis que les préoccupations liées à l’environnement ne cessent de gagner du terrain dans la société civile, le Conseil départemental poursuit son engagement pour un développement durable de son territoire.  Soucieux de préserver la biodiversité, les ressources naturelles et la qualité de vie des vosgiens, les actions de la collectivité se concrétisent dans le plan « Vosges Ambitions Spécial Transition Écologique » (VASTE) ; véritable facilitateur et accélérateur de la transition ! Voyons de plus près quelques actions phares qui sont mises en œuvre pour un territoire plus résilient et tourné « vert » l’avenir !

 

► Les collèges « éco-responsable » :  Accompagner les changements de comportements

Dans les collèges, mais aussi les écoles ainsi que de nombreuses collectivités et associations, le département accompagne ses partenaires dans une démarche globale qui encourage les « bonnes pratiques » et les changements de comportements : lutte contre le gaspillage alimentaire dans les restaurants scolaire, compostage ou encore création de potagers pédagogiques.

C’est ainsi que la transition écologique s‘accélère dans les Vosges avec des projets de re-végétalisation, de gestion raisonnée des espaces verts, ou la création d’îlots enherbés dans les cours des établissements scolaires. A noter que tous les collèges sont concernés et que l’objectif est qu'ils soient tous engagés à 100% dans une démarche éco-responsable dans les années à venir.

Autre exemple, au sein même du siège du Département, 2000 mètres carrés d’espaces verts vont être aménagés et végétalisés en partenariat avec des étudiants de Roville-Aux-Chênes.

 

► Rendre aux paysages leurs « lettres de noblesse » et tous leurs potentiels

Le Département en partenariat avec la Chambre d’Agriculture, incite les agriculteurs à « oser développer » des pratiques plus vertueuses et respectueuses de l'environnement.

Ainsi, les dispositifs « Osez l'agroforesterie » et « Plantez des haies » ambitionnent de replanter des arbres et des haies le long mais aussi à l’intérieur des parcelles agricoles, sur les terrains de particuliers, des collectivités ou d’associations.

Les bénéfices et avantages sont nombreux, car l'arbre limite l’érosion des sols, favorise la biodiversité, retient l’eau grâce à ses racines, ou encore, nourrit, soigne et protège les animaux du vent et du soleil, en agissant comme des « climatiseurs naturels ». 

Notons que le dispositif « Plantez des haies » a permis la plantation de plus de 30 kilomètres de haies dans le département des Vosges en 3 ans (2017/2018/2019). En 2020, et malgré le contexte sanitaire, ce sont 12 404 mètres linéaires de haies dont la plantation est en cours répartie parmi les 34 lauréats de l’opération !

De son côté, l'agroforesterie fait son chemin et séduit de plus en plus. Pour sa 1ère édition, ce sont 7 projets qui ont été soumis au jury. Ce dernier était composé des partenaires ainsi que de 3 experts invités : Marc Collas de l’OFB, Amandine Durpoix de l’INRAE et Jean-Michel Escurat de la Ferme de Braquemont.

Sur les 7 projets initialement retenus, 5 vont se réaliser au premier trimestre 2021. Au total, 956 arbres d'espèces indigènes* soigneusement sélectionnées, vont être plantés sur une surface totale de 60 hectares !

► Protéger et défendre notre patrimoine naturel remarquable

Dans notre département, la politique Espaces Naturels Sensibles (ENS) a débuté en 1995 par la réalisation d’un inventaire départemental qui a défini plus de 460 sites. Elle comprend deux volets : l’un sur la protection et l'ouverture au public et l'autre sur la gestion.

Actuellement, on dénombre 483 ENS qui s'étendent sur 938 hectares. 28 sites sont visitables   Ces derniers sont des espaces fragiles, véritable plus-value pour notre territoire, à conditions qu’ils soient protégés et valorisés.

Ainsi, le conseil départemental prend en charge tous les diagnostics et les études visant à recenser les espèces et les milieux, et propose les meilleures solutions de protection dans un plan de gestions biologique. Ce document préconise les actions et les mesures à mettre en place à long terme sur le site en fonction de ses enjeux (espèces protégées, menaces, contraintes…).

La collectivité accompagne également les acteurs locaux, qui sont un maillon essentiel de la démarche de préservation des ENS, puisque la maîtrise d’ouvrage des projets leurs est confiée. En effet, ils restent propriétaires des terrains et peuvent bénéficier de retombées intéressantes pour l’image de leurs territoires.

*Robinier, Chêne sessile, Noyer, Murier blanc, Merisier, Châtaignier, Saule marsault, Érable champêtre…

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom